Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /home/relaisvi/www/wp-content/plugins/backup-release-ovh/include/librairies/init.class.php on line 158 and defined in /home/relaisvi/www/wp-includes/wp-db.php on line 1295
Etre séropositif – Relais VIH

Etre séropositif

Etre séropositif signifie que l’on est porteur du virus VIH.

L’infection par le VIH comprend trois grandes phases, durant lesquelles le virus peut être transmis.

1. La primo-infection qui suit la contamination. A ce stade, il n’y a pas encore de défense organisée puisque ce virus était auparavant inconnu de l’organisme contaminé et c’est le moment où il pourra se reproduire le plus intensément.

La quantité de virus dans le sang (charge virale) est exceptionnellement élevée. Des signes communs à toute infection virale peuvent alors apparaître (fièvre, douleurs, fatigue), mais il n’y a pas de maladie grave ou spécifique. Seul un test de séropositivité au VIH révèlera la présence du virus dans le sang. Pour pouvoir déceler les anticorps anti VIH dans le sang, il faut parfois attendre trois mois. Leur apparition constitue la séroconversion qui permet de poser un diagnostic formel au moyen d’une analyse de sang.

2. Suit une période où les symptômes sont modérés (voire inexistants) et les maladies sont dites bénignes. Le système immunitaire parvient à tenir le virus en échec durant un certain temps, mais il n’arrive pas à s’en débarrasser complètement. Cette phase peut durer plusieurs années.

Un grand nombre de facteurs influent sur l’évolution du SIDA, notamment la prise de médicaments, l’état de santé général et le mode de vie de la personne touchée.

3. Le terme SIDA désigne la forme évoluée de l’infection  par le VIH. Le SIDA correspond à des maladies précises à définition stricte. Ces maladies dites opportunistes sont des maladies graves qui surviennent après que le VIH ait pu dérégler le système des défenses immunitaires.

Lorsque les traitements sont disponibles, ils permettent de retarder, voire d’éviter l’apparition de la maladie. Un traitement efficace permettrait d’établir qu’il n’y a pas d’écart d’espérance de vie entre une personne séronégative et une personne séropositive.