L’hépatite B

Dans le monde, plus de 400 millions de personnes sont atteintes d’hépatite virale chronique B, soit environ 5 % de la population. Le VHB est responsable de près d’un million de décès par an.

En France, environ 280 000 personnes souffrent d’hépatite B chronique. La moitié d’entre elles l’ignorent.

Qu’est ce que c’est ?

L’hépatite B est due au virus VHB, découvert en 1967. C’est une infection qui s’attaque au foie et qui a un pouvoir contaminant très fort.

Le virus de VHB peut résister en moyenne 7 jours à l’air libre.  Il est 100 fois plus infectieux que le VIH.

90% des personnes atteintes guérissent seules grâce au système immunitaire qui détruit le virus.

10% des personnes atteintes voient leur hépatite aigüe se transformer en hépatite chronique, et risquent alors des cirrhoses, des cancers du foie…

Comment s’en protéger?

Le vaccin est le pilier de la prévention contre l’hépatite B. L’organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de vacciner tous les nourrissons contre cette maladie.

 

Comment se transmet l’hépatite B?

Le mode de transmission de l’hépatite B est identique à celui du VIH:

– Sang

– Sperme

– Sécrétions vaginales

– La transmission mère-enfant se fait principalement lors de l’accouchement. Elle est fréquente dans les pays de forte endémie. La transmission du VHB à l’enfant a lieu trois fois sur quatre.
En France, le dépistage du VHB est obligatoire au 6e mois de grossesse. Si ce dépistage est positif, une sérovaccination de l’enfant est réalisée à la naissance pour prévenir l’infection périnatale. Cette vaccination est d’autant plus nécessaire qu’un enfant infecté par le VHB à la naissance développe une hépatite chronique dans 90 % des cas (contre 5 à 10 % chez l’adulte).

– Il existe aussi un risque de transmission par des contacts non sexuels avec un porteur du VHB dans une famille ou une collectivité, d’enfants principalement. La contamination se fait le plus souvent par partage d’objets d’hygiène ou par lésions cutanées accidentelles.

Quelles sont les solutions?  

 Le traitement  stabilise environ deux-tiers des patients, ce traitement ne fait pas régresser la fibrose et/ou la cirrhose si elles sont installées. Il ne permet pas de guérir l’hépatite B chronique.

On dispose aujourd’hui de deux grands types de médicaments

  • L’interféron pégylé, qui provoque des effets secondaires importants
  • Les antiviraux de nouvelle génération, qui sont plus efficaces et entraînent beaucoup moins de problèmes de résistance et d’échec thérapeutique

Le traitement de l’hépatite B chronique est un traitement de longue durée (au moins un an).