la Blennorragie

Il s’agit d’une des plus fréquentes maladies infectieuses sexuellement transmissibles avec plus de 60 millions de cas annuels dans le monde (entre 15 000 et 20 000 nouveaux cas en France par an, avec une incidence en augmentation depuis les années 2009).

Qu’est-ce que c’est ?

La blennorragie ou gonorrhée, appelée aussi « chaude pisse », est une infection bactérienne causée par un germe appelé le gonocoque. C’est une IST relativement fréquente (500 000 cas par an en France).

Les symptômes ?

La période d’incubation est de deux à sept jours. La blennorragie est souvent asymptomatique, en particulier chez la femme. Sinon les manifestations sont :

  • Chez l’homme,  le principal symptôme est une sensation de brûlure au moment d’uriner. Elle s’accompagne généralement d’un écoulement purulent jaunâtre et épais (urétrite). 
  • Chez la femme, on note généralement une modification des pertes vaginales qui peuvent se révéler abondantes, malodorantes et d’ une couleur inhabituelle (jaunâtre). Ces symptômes peuvent être associés à des brûlures urinaires, des  démangeaisons ou des douleurs pendant les rapports.

Comment se transmet la blennorragie ?

La bactérie se transmet par les sécrétions génitales lors des relations sexuelles non protégées, par contacts bucco-génitaux, vaginaux et anaux.  Si les patients ne se font pas traiter, l’infection peut  disséminer dans tout le corps.

Quelles sont les solutions ?

Le traitement consiste en la prise d’antibiotiques (par voie intramusculaire en première intention, puis par voie orale en cas d’échec).  En cas d’absence de traitement il peut y avoir des conséquences :

  • Chez l’homme : inflammation de la prostate, des lésions dans les voies génitales qui peuvent entraîner une infertilité (rarement).
  • Chez la femme : inflammation des trompes qui peut provoquer une stérilité et augmenter les risques de grossesse extra-utérine.
  • Certaines précautions seront à prendre à la naissance d’un bébé dont la mère est contaminée

Comment s’en protéger ?

utilisation du préservatif masculin ou féminin.

– utilisation de la digue dentaire (carré de latex) pour les relations bouche-vulve et bouche-anus.